Patrimoine historique

  • L'histoire locale
  • Origine du nom
  • Le patrimoine bâti
  • L'église d'Ecault
  • L'église Sainte Thérèse

logo mairieLE BLASON DE PONT DE BRIQUES

Le blason fut créé en février 1965, à l’intention de l’agglomération Pont de Briquoise un signe distinctif, une marque particulière, en un mot des armoiries dont le besoin s'en faisait sentir.

Le plus souvent les villes et les bourgs prirent comme armoiries celles des seigneurs de l’endroit. Il aurait pu en être de même pour Pont de Briques en reprenant tout simplement les armoiries des Sénéchaux du Boulonnais, anciens seigneurs du lieu. Mais c’est un blason plus évocateur qui a été composé.
Le pont est une figure parlante qui renvoie au pont construit en aval d’Isques à l’endroit où la vallée se rétrécit afin de réunir les deux rives et mettre en relation la péninsule d’Outreau et tout le pays du Sud de la Liane avec Boulogne et en même temps briser la violence du flux. Cet ouvrage aurait été construit selon l’historien latin Florus entre l’an 12 et l’an 9. il est à l’origine de l’agglomération Pont de Briquoise à laquelle il donna son nom.
Quant aux abeilles d’or, emblèmes napoléoniens, elles évoquent l’épisode historique du camp de Boulogne durant lequel Pont de Briques servit de résidence impériale. Elles symbolisent en même temps les activités industrielles de la verdoyante vallée de la Liane.
Les armes de Saint Etienne au Mont se lisent donc : « d’azur au Pont d’argent et au chef de sinople semé d’abeilles d’or »

Read More

PONT DE BRIQUES
logo-mairieIl y a deux mille ans, à l’époque où César tentait de mettre nos ancêtres les Morins sous le joug de Rome, la Liane, qui déroule aujourd’hui ses méandres nonchalants dans une vallée trop grande, était encore un fleuve aux eaux abondantes.
A chaque marée son estuaire devenait un véritable lac qui s’étendait jusqu’à Isques, village qui tire d’ailleurs son nom d’un mot celte qui veut dire eau. A marée basse le lac faisait place à une lagune impraticable.

Read More

LE PATRIMOINE

 La côte Boulonnaise a subi de très importantes destructions pendant la dernière guerre mondiale .
Mais, il reste çà et là des maisons traditionnelles comme celles des pêcheurs d’Audresselles ou de Wissant, que l’on trouve à Ecault.
Il s’agit de maisons en pierre de mer ou de briques enduites et chaulées en blanc, construites de plain-pied et perpendiculaires à la route.
A coté de la maison une petite cour fermée par divers appentis dont l’étable.

Read More

L'Eglise D'Ecault


Le Mont de Saint Etienne est un des hauts lieux du Boulonnais. La vieille église, posée sur un sommet, à la limite du ciel et de la terre est depuis 8 siècles le centre d’un magnifique panorama.
C’est sur ce sommet pittoresque, mais peu confortable, que se forma, il y a bien longtemps , le noyau primitif du village de St Etienne. Un document du XIII ème Siècle atteste l’existence de l’église du lieu « Le Moustier Saint Etienne » vers 1121.
Le petit sanctuaire actuel garde, en effet, une intéressante partie du XII ème Siècles qui a retenu l’attention des archéologues. Il s’agit de trois travées de nef qui ont la particularité d’être les uniques vestiges d’architecture cistercienne de tout le Nord de la France.

Read More

 Ce n’est qu’après de longues années de pétitions, de protestations qu’une chapelle a pu enfin être construite en 1895 au pied du mont de Saint Etienne, à Audisque.
En effet, déjà le 22 vendémiaire an I de l’Empire, dans une lettre adressée au préfet du Pas-de-Calais, l’abbé Romain Joseph Augustin Corne demandait la construction d’une église impériale sous l’invocation de Saint Napoléon, d’un presbytère et d’une école au centre de Saint Etienne et Saint Léonard réunis, car il lui semblait de la plus haute importance de « conserver et de perpétuer à jamais la mémoire du séjour que fit au Pont-de-Briques le héros restaurateur de la région et de la monarchie française ».

Read More

PONT DE BRIQUES
logo-mairieIl y a deux mille ans, à l’époque où César tentait de mettre nos ancêtres les Morins sous le joug de Rome, la Liane, qui déroule aujourd’hui ses méandres nonchalants dans une vallée trop grande, était encore un fleuve aux eaux abondantes.
A chaque marée son estuaire devenait un véritable lac qui s’étendait jusqu’à Isques, village qui tire d’ailleurs son nom d’un mot celte qui veut dire eau. A marée basse le lac faisait place à une lagune impraticable.



Pour relier les deux rives et mettre en relation la péninsule d’Outreau et tout le pays au sud de la Liane avec Boulogne qui s’appelait alors Gesoriacum, et aussi en même temps briser la violence du flux, on construisit un pont en aval d’Isques à l’endroit où la vallée se rétrécit. C’est cet ouvrage d’art qui est à l’origine de l’agglomération pont-de-briquoise et qui lui a donné son nom.
A quelle date exacte et par qui ce pont fut-il jeté sur la Liane ?
Une phrase de l’historien latin Florus nous laisse supposer qu’il fut construit entre l’an 12 et l’an 9, d’avant notre ère, par Claudius Drusus, le frère de l’empereur Tibère. Employa-t-on pour l’édifier de ces briques dans la confection desquelles les Romains étaient passés maîtres ? Les savants prétendent que dans le vocable Pont-de-Briquois le mot briques n’a rien à voir avec les matériaux du même nom. Il s’agit, disent-ils, d’un vieux terme germanique Bricke qui désigne un pont.

 

Ce qui reviendrait à traduire Pont de Briques par le Pont du Pont.
Ce toponyme apparaît bien en effet, pour la première fois, sous la forme de Pont de Brike dans une charte de 1278 qui précise les limites de la banlieue de Boulogne. Sur le célèbre Pont d’Avignon, on ne faisait que danser, le Pont-de-Briques, lui, laissait passage à une route extrêmement fréquentée qui reliait Amiens à Boulogne.
Cette voie entrait en Boulonnais en franchissant la Canche au bac d’Attin, puis gagnait le Pont-de-Briques par Frenc, le hameau du Chemin à Neufchâtel, la forêt d’Hardelot, le Choquel, le hameau disparu de Sandune, Audisque et la rue au Sable.
Dix-sept siècles d’histoire ont défilé sur cette route dans la boue, dans la poussière ou dans le sable aux bruits sourds des chevaux, de la piétaille, des lourds chariots et des carrosses.