×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 454
JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 48

PAGE_ACCUEIL_DIAPO (3)

Écrit par

opale1Le terrain communal d’Ecault, situé sur une partie de l’actuel camping, revêt un intérêt patrimonial important en matière de biodiversité. L’originalité de ces dunes plaquées sur d’anciennes falaises en fait un milieu naturel très original, dont la surface est réduite en région. De par cette originalité, il abrite des espèces végétales rares et protégées dans le Pas-de-Calais. Parmi ces espèces, on peut citer la Crassule mousse (Crassula tillaea) gravement menacée d’extinction ou encore la Mibora naine (Mibora minima) dont il s’agit là de la seule station départementale connue. Ces espèces, de très petite taille, se concentrent sur des pelouses dunaires les plus rases grâce au broutage et aux gratis assurés par les lapins qui échappent encore à la myxomatose. Cependant, ces pelouses sont menacées par la colonisation de l’Ajonc d’Europe (aussi appelé « jonc marin »), espèce hautement concurrentielle. L’Ajonc présente à la fois un risque pour cette biodiversité (sans intervention son recouvrement opale2serait de 100%) mais également un danger de par son inflammabilité. Un feu d’Ajonc monte à de telles températures qu’il est extrêmement difficile de le maitriser pour les pompiers. La mairie de Saint-Etienne-au-Mont et le Parc Naturel Régional ont donc travaillé ensemble pour élaborer un projet visant à la fois à mettre en sécurité les habitations riveraines et les possibles campeurs, mais aussi à faire reculer les fourrés d’Ajoncs en vue d’ augmenter le potentiel d’accueil du site pour de nombreuses espèces menacées. Ce sont donc près de 4 hectares d’Ajonc qui ont été broyés. Le produit de broyat sera utilisé d’une part par la Mairie pour le paillage de ses espaces verts, et d’autre part par un agriculteur de la commune.
Prochainement, une partie de la zone sera clôturée pour accueillir des moutons qui auront pour mission de prêter main forte aux lapins afin d’empêcher l’Ajonc de repousser. L’aménagement prévoit des « passages d’hommes » pour permettre aux promeneurs d’y accéder comme c’est actuellement le cas. Les enjeux de biodiversité sont tels qu’ils ont permis la prise en charge à 100% des travaux par l’Europe via un financement FEDER.
https://www.facebook.com/ParcnaturelregionaldesCapsetMaraisdOpale/posts/1313290535420979

Écrit par
barriere
Cette barrière, installée par les agents du parc naturel régional des capas et marais d'opale et les services techniques, vient compléter et finir le réaménagement paysager en bordure du terrain de pétanque d ecault et en remplacement de l'ancienne haie de conifères. 
Cette haie va permettre d'y consacrer moins d'entretien tout en utilisant des essences locales 
La barriere a été conçue par les techniciens du parc et est réalisée à partir d'un chêne coupé dans la forêt de Boulogne 
Ce projet à pu être mené grâce au partenariat avec le PNR.